Marchés et stratégies

Les convictions de CPR Asset Management - Mai 2024

Malik Haddouk, directeur de la gestion diversifiée et Juliette Cohen, stratégiste, décryptent les marchés sur le mois d’avril et Julien Levy-Kern, gérant de portefeuille diversifié, nous partage ses convictions sur les thématiques à suivre.

Découvrez également la version podcast.

Publié le 13 mai 2024

CPRAM

Malik Haddouk

Directeur de la gestion diversifiée - CPRAM
Juliette Cohen
Stratégiste - CPRAM
Julien Levy-Kern
Gérant de portefeuille diversifié - CPRAM

LinkedIn
Twitter
Facebook
Email
Lien

Le chiffre du mois : 2,80%

C’est le niveau du core PCE c’est-à-dire de l’inflation sous-jacente aux États-Unis en mars. Celle-ci est ressortie stable par rapport au mois de février et supérieure aux attentes, à 2,6%. Elle confirme les moindres progrès sur les derniers mois en matière de désinflation du fait des services et du logement. Ces derniers chiffres d’inflation ont provoqué une hausse des taux longs et une modification des anticipations de taux directeurs. En effet, la Fed devrait prendre davantage de temps avant d’initier son cycle de baisse de taux et c’est ce qui est ressorti du dernier FOMC. 

Décryptage des marchés

En avril, l’inflation a surpris à la hausse aux États-Unis, suscitant des préoccupations croissantes quant à l'évolution future de la politique monétaire. Les principales statistiques économiques, par ailleurs, (ventes au détail, revenu, création d’emploi, taux de chômage…) font état d’une résilience de la croissance et suscitent des inquiétudes de la part des investisseurs quant à la trajectoire de désinflation aux Etats-Unis. Néanmoins, la publication de l’indice d’activité PMI composite rechute à 50,9 en avril (vs 51,7 en mars), s’approchant de la zone de stagnation, et indique un début d’essoufflement de la consommation des ménages.

Pendant ce temps, en Europe, la normalisation de l’inflation se confirme et des signes d'amélioration de la croissance ont émergé après une période de stagnation... A l’issue de sa réunion de politique monétaire du 11 avril, la Banque Centrale Européenne a clairement ouvert la voie à une baisse de ses taux directeurs en juin tout en se montrant prudent quant à la suite à apporter à l’assouplissement, qui restera progressif. Un découplage est donc bien à attendre entre la Fed et la BCE en juin prochain.  Sur les marchés des obligations d’Etat, le taux 10 ans américain progresse de plus de 47 bps à 4,67% et le 2 ans retrouve son niveau d’aout dernier à près de 5%. Les taux européens progressent également par sympathie mais avec une moindre amplitude (20 bps).

Sur le marché des obligations privées (le crédit) la demande des investisseurs reste soutenue, attirée par le niveau élevé des rendements. Les actions de leur côté consolident pour la première fois depuis 5 mois. Le S&P 500 cède 5% par rapport à son sommet de fin mars et se situe au même niveau qu’il y a 2 mois, et le Msci world clôture en baisse de -2,74%. Seules les places émergentes finissent le mois en territoire positif grâce notamment à l’envolée du marché chinois.  Pour finir, le yen japonais s’est fortement déprécié au cours du mois en passant de 151 yens pour un dollar à 160 en séance le 26 avril dernier avant que les autorités monétaires ne se décident d’intervenir pour freiner cette dépréciation. 

Le fait marquant : L’envolée du marché chinois à contre-courant des places financières 

Le marché boursier chinois a donné le la sur les marchés émergents avec une hausse de plus de 8% sur le mois d’avril et constitue désormais le deuxième marché le plus performant derrière Taiwan au cours des trois derniers mois. Il est évidemment peut être trop tôt pour déterminer si l’économie chinoise a franchi un cap pour de bon car celle-ci commence à peine à sortir de son régime déflationniste et les menaces immobilières ne sont pas totalement dissipées. Mais il est indéniable que le gouvernement chinois a mesuré l’ampleur de la crise et a pris un certain nombre de mesures pour résoudre les problèmes de confiance. Un optimisme prudent semble se former mais revenons rapidement sur les raisons de ce rebond :

  • Le soutien des autorités avec l’intervention des fonds gouvernementaux qui a permis dans un premier temps d’établir un plancher pour les actions H et A début février. 
  • Des mesures visant à stimuler la liquidité des marchés et à attirer les investisseurs internationaux et à améliorer la compétitivité du marché chinois ont été annoncées.
  • Le soutien accru notamment en ce qui concerne la politique budgétaire et le marché immobilier comme la préparation de mesures visant à réduire l’inventaire de logements et à optimiser l’offre supplémentaire. 
  • Enfin, les actions chinoises étaient devenues trop bon marché pour être ignorées. Beaucoup trop de pessimisme alors que les bénéfices d’entreprise semblent avoir atteint un plancher au premier trimestre et que des secteurs importants devraient renouer avec une croissance positive des bénéfices comme les banques et les valeurs technologiques. 

Nos convictions thématiques

Lors des différentes publications de résultats pour le T1 2024, pour les plus marquantes, nous avons eu Meta dont les dépenses importantes en matière d'Intelligence Artificielle et les faibles perspectives de revenus liées ont alarmé les investisseurs. Le titre a chuté de plus de 15% suite à sa publication.

Heureusement ce n’est pas le cas général, et les énormes investissements d’Alphabet et Microsoft sont en train de porter leurs fruits convainquant les investisseurs que leurs paris sur l'IA produisent des résultats immédiats. Alphabet a fait un bond de près de 12% post publication. Le PDG y a indiqué que le géant technologique était bien engagé dans l’ère Gemini, son modèle d’IA générative. Microsoft a progressé de 5% grâce à des résultats qui ont dépassé les attentes, aidés par l'adoption de l'IA.

Face à un mauvais mois pour le MSCI World qui perd 2.7%, et compte tenu des nouvelles, on aurait pu imaginer que la thématique de l’IA tire son épingle du jeu, pas du tout puisqu’elle sous performe à -4%. Il semblerait plutôt que les géants technologiques consolident leur domination sur ce thème, les 7 Magnifiques sortant du mois avec une performance flat. 

Dans un tout autre thème, l’offre du géant minier BHP de racheter l’autre géant minier Anglo American aura été, selon moi, la nouvelle micro du mois. Ce serait l'une des plus importantes opérations de M&A de l'année pour environ 40Mds de dollars, ce qui au final peut paraitre ridicule face aux 2800Mds de dollars de capitalisation boursière de Microsoft. Aidée par des chiffres d’inflation américaine plus élevés que prévu, la thématique des Ressources Naturelles assure de loin la meilleure performance sur le mois à +3%.

Nous ne modifions pas nos choix tactiques d’allocation thématique pour Mai, nous restons sous pondérés sur la thématique du Bien-être, qui est sur le mois en bas du tableau à -5% et nous restons surpondérés sur les thématiques de l’IA et des Ressources Naturelles.

Nos points clés

On retiendra de ce mois d’avril, le mouvement de remontée des taux notamment aux Etats-Unis dans le sillage de données d’inflation décevantes. Cela s’est accompagné d’une baisse quasi-généralisée des marchés actions, seuls les marchés émergents d’Asie ayant échappé au mouvement. Enfin, la chute du yen s’est poursuivie et a contraint les autorités japonaises à intervenir.

Pour le mois qui vient, les marchés seront particulièrement attentifs aux données d’inflation américaines pour déterminer quand la Fed sera en mesure de réaliser sa 1ère baisse de taux. 

On vous retrouve le mois prochain pour un nouveau point sur les marchés.

Découvrez également